Comment gérer la communication avec le boulimique ?

Comment gérer la communication avec le boulimique ?

Si la communication dans la famille ne tourne plus autour de ce sujet, vous verrez que ça ira déjà beaucoup mieux. Au début, c’est difficile à mettre en place mais, petit à petit, vous allez pouvoir parler d’autre chose et vous reconnecter avec ce que vous êtes au fond de vous-même.

Essayer de mieux connaitre les problèmes du boulimique

Une adolescente de 15 ans, raconte que, dans sa famille, les choses ont changé lorsque ses parents ont commencé à participer à un groupe de parole destiné à l’entourage de personnes qui souffrent de troubles du comportement alimentaire.

« Au début, je n’y comprenais rien. Du jour au lendemain, mes parents ont adopté des comportements nouveaux. Ma mère ne me demandait plus tous les soirs combien je pesais ou si j’avais encore vomi. Mon père a arrêté de dire que les gens meurent de faim sur la terre, pendant que moi je refuse de garder la nourriture dans mon ventre. Tout d’un coup, ils se sont intéressés à ma vie : « Est-ce que tu vois encore ton amie ? » Ma mère m’a prise à part pour me dire . « L’adolescence, ce n’ est pas toujours facile. Il faut apprendre à maîtriser ses émotions, à faire face aux responsabilités, à oser grandir, etc. » Là, j’ai fondu en larmes. Elle m’a proposé d’aller voir quelqu’un à qui je pourrais parler de tout ce qui me tracasse, car les ados ont beaucoup de questions qui leur tournent dans la tête et ils ne savent pas quoi en faire, à qui les poser, comment trouver une réponse ».

Une aide indispensable : nutritionnistes et diététiciens

Les nutritionnistes sont des médecins qui ont choisi de se spécialiser dans le rapport entre le corps et l’alimentation. Les diététiciens ont suivi une formation pour comprendre comment avoir une alimentation saine, équilibrée, mais ils ne sont pas médecins. Les deux peuvent vous aider à éviter d’avoir des carences nutritionnelles (vitamines, minéraux…).

À l’adolescence, vous ne pouvez plus tout dire à vos parents. Vous avez votre espace intime, votre jardin secret qu’il est important de préserver. L’adolescence est une étape charnière pendant laquelle vous devez apprendre à mettre de la distance, à vous séparer petit à petit de vos parents pour devenir plus autonome, à prendre vous-même les décisions qui vous concernent.

Quel est le plus profitable des moyens pour domestiquer le gavage quand on est insatiable ?

Quand les perturbations de nourriture sont infernales, il est impératif de se restaurer autrement afin de diminuer les flambées de boulimie. Il faudra se nourrir à peine, malgré cela, il faudra s’alimenter convenablement. Et il faudra aussi, inclure les victuailles protéinées et les farineux, par petites doses. Pour parvenir à ce but, le Cookeo est un dispositif obligatoire pour produire en un tour de main un festin sain et harmonieux

Confier ses problèmes sans contraintes

C’est pourquoi il est préférable de proposer à l’adolescente d’aller voir une personne extérieure à la famille, un psychologue par exemple, à qui elle sera plus libre de parler de tout ce qu’elle voudra, sans honte puisque ce n’est pas quelqu’un à qui elle doit plaire ou faire plaisir. Son métier est d’être là pour vous, pour vous écouter et vous aider à trouver votre chemin dans la vie. Après avoir rencontré ces spécialistes, cette mère a arrêté de ne s’occuper que du physique de sa fille, elle s’est adressée directement à elle et non plus à sa maladie. Elle a pu ainsi renouer la communication qui était restée bloquée et a permis à sa fille de laisser jaillir sa douleur, son mal-être. Lorsque vous prenez conscience que ça ne va pas, même sans parler du problème alimentaire, vous pouvez peut-être accepter l’aide de personnes spécialisées dans les difficultés d’adolescents.

Point de vue d’une professionnelle de la nutrition

Un matin, je me suis aperçue que j’étais devenue une autre. C’est arrivé quelques semaines après le tragique et brutale disparition de mon père. J’étais devenue boulimique. II n’existe pas de méthode miracle. Chaque individu est unique par son histoire et sa sensibilité. II n’existe donc pas une catégorie homogène qui s’appelle « les boulimiques ». II n’est pas question d’un simple dysfonctionnement alimentaire, mais d’un comportement compulsif face à la nourriture. Expression manifeste d’un vide à combler et d’un mal-être, qui ne trouve de solution immédiate que dans le fait de « se remplir » pour se sentir un bref instant en sécurité. La discipline, la volonté et les régimes traditionnels restrictifs ne peuvent être une solution. La plupart du temps, ces démarches peuvent même amplifier à terme, le phénomène et aboutir à des échecs. Ma longue et douloureuse expérience m’a permis de prendre en compte tous ces éléments et d’accompagner chaque boulimique dans « son chemin », celui qu’ensemble nous définissons. En toute confiance, dans le respect de son histoire, en prenant en compte son chemin parcouru, en donnant la priorité au dialogue et en intégrant, le moment venu, une hygiène alimentaire loin des sentiers battus des régimes draconiens. La route n’est pas simple mais, à deux, on y arrive. Je peux vous montrer ce chemin qui me permet aujourd’hui de mener une vie normale et de vous accompagner.

morel a.

Related Posts

Les moyens parfaits pour se procurer un bon café

Les moyens parfaits pour se procurer un bon café

Peanut butter : un délice beurré à explorer

Peanut butter : un délice beurré à explorer

Pourquoi devrons-nous boire du café ?

Pourquoi devrons-nous boire du café ?

Offrir la meilleure bouteille de champagne à son mariage

Offrir la meilleure bouteille de champagne à son mariage